L’ours Grolar

L’ours Grolar

Wild_Grolar

Dans les années 1970, ce croisement est déjà observé au parc zoologique de Thoiry, où, faute d’enclos, un grizzly et un ours blanc avaient été réunis2. En 2006, des analyses ADN sont effectuées sur un ours au pelage étrange, abattu près de Sachs Harbour par Jim Martell, dans les territoires du Nord-Ouest sur l’île de Banks dans l’Arctique canadien ; c’est alors le premier individu sauvage dont l’hybridation est confirmée 3. Au printemps 2010, un autre ours tué, à la fourrure blanche mais aux pattes brunes, s’avère être né d’un grizzly mâle et d’une femelle pizzly3.
Des cas précédents d’hybridation avaient été rapportés mais, bien que probables, n’avaient pu être confirmés , les techniques ADN n’étant alors pas disponibles3. En mars 2014, vivraient un peu plus de cinq individus hybrides à l’état sauvage
Le réchauffement climatique amplifie le phénomène : avec la fonte de la banquise, l’ours blanc est repoussé vers le sud du Canada et l’ours brun remonte davantage vers les forêts du nord et les deux espèces sont amenés à vivre sur un territoire commun durant une partie de l’année2.
De plus, la fonte de la banquise entraîne un déclin de la population de l’ours arctique. Cette baisse diminue la probabilité de rencontre et d’accouplement entre un mâle et une femelle et les poussent donc à se reproduire avec une espèce proche comme le grizzly

images1bear-hybrid-photo15u2wp6936335_orig2978194

Une réflexion sur « L’ours Grolar »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *